Publié par : Spy Jones | juin 20, 2008

Why the USFP 8th National Congress collapsed

Dans la nuit du dimanche à lundi à 1h30, le président du congrès national de l’USFP, Mohamed Lakhssassi a annoncé le report sine die des travaux du congrès, dans un délai maximal de six mois. Quelles ont sont les vrais motifs ? Et quelles graves dissensions ont put provoqué cet échec cinglant de la tentative dont le but avait été de redresser un parti au summum de la crise ? Et enfin, quel avenir pour le parti de la rose, à l’histoire si glorieuse, mais qui peut se targuer d’avoir détruit si rapidement -en 10 ans d’alternance- tout le capital confiance dont il avait pu jouir auprès des marocains ?

Commençons par un récit des faits, et remontons justement à l’épicentre de ce séisme, j’ai nommé ici les élections législatives du 7 septembre 2007. L’USFP essuie une défaite cinglante, devenant la cinquième force politique au Parlement, avec 36 sièges seulement – contre 52 en 2002. Ces élections sonnent le glas d’une Alternance nullement convainacante, aux yeux de l’opinion publique marocaine. S’en suivit, lors des tractations pour la formation du gouvernement, un acharnement forcené des cadors du parti à la tête desquels Mohammed El Yazghi, pour obtenir des postes ministériels, n’hésitant pas à organiser un simulacre de démocratie interne -en l’occurrence, une réunion du conseil pour décider de la participation du parti au gouvernement d’El Fassi- pour faire monter les enchères. Seulement voilà, El Yazghi récolta au final un poste de Ministre d’État sans portefeuille, ou Ministre de rien.  Et le groupe parlementaire, mené par Ahmed Zaïdi, de sortir la formule inédite de « soutien critique » ! Une bizarrerie politique typiquement marocaine, qui institutionnalise l’hypocrisie, puisque, par exemple, le groupe usfpéiste critique un projet de Loi des Finances, préparé par un gouvernement… dont il fait parti ! Je vous laisse juger l’intégrité de ces parlementaires.

Face à de vives critiques chaque jour plus audibles au sein du parti. El Yazghi fut obligé de démissionner de son poste de Premier secrétaire en décembre 2007. Une direction collégiale du bureau politique fut alors instaurée, en attendant ce fameux 8ème Congrès National, prévu initialement pour Mai 2008.

Je ne pourrais pas dire que mes attentes étaient réellement importantes, aucun des candidats ne m’ayant convaincu. Aucun n’ayant la trempe des chefs historique, Abdallah Ibrahim, Mehdi Ben Barka, Abderrahim Bouabid, Abderrahmane El Youssoufi, ni celle d’autres convaincus de la cause démocratique, tel Mohamed Sassi ou Mohamed Bensaïd Aït Idder.

Commençons par le pire, Abdelouahed Radi, un seigneur féodal de Sidi Slimane  (surnommé Abdelouahed Al Aradi à cause de sa propension à s’occuper plus de ses terres que d’autre chose) qui a eu pour unique réalisation durant l’éternité qu’il a passé en tant que président du conseil communal : une route parfaite reliant son domaine au réseau routier national. Un affidé de Basri, qui plus est, habitué de la villa, route de Zaërs, à quelque kilomètres de Rabat, où se réunissait le gotha des makhzénophiles de tous bords. Enfin, dernier reproche, il est l’aîné des candidats, un dinosaure pour ainsi dire.

Concernant les deux autres, Fathallah Oualalou et Habib El Malki, je ne pourrais pas les juger personnellement. Je me contenterais de dire que le Journal Hebdo, Telquel et Al Massae, s’accordent à juger négativement les bilans de leur ministères respectifs. Ces médias étant opposés sur plusieurs points, ce jugement a de grandes chances de refléter fidèlement la réalité. Quoi qu’il en soit, je ne leur connais aucune déclaration, pour la révision de la Constitution, contre les atteintes récentes aux droits de l’homme, à la liberté de la presse. Bref, d’énièmes hommes de (lâche) consensus.

Revenons aux évènements de ce congrès, le sujet de ce billet. Ayant pris place le 13, 14 et 15 juin, il a connu une ébullition sans pareille, résultant du désaccord flagrant entre les bases du parti, et les décideurs. Après un long discours d’ouverture d’El Yazghi le vendredi 13, dans lequel il présenta le bilan (mitigé) de ses années de « règne » sans conteste à la tête de l’USFP, et celui de Rachida Benmassâoud, membre du bureau politique, qui a qualifié ce congrès de « tournant historique » -oui, c’est ça, allez voir là-bas si j’y suis !-. Voici, tel que rapporté par le blogueur Mounir, le récit de la suite des évènements :

Samedi, les travaux de la séance plénière prennent forme. Des militants de Marrakech, Tetouan, Larache n’ont pas encore eu leurs badges. Les problèmes d’ordre logistique réglés, la séance plénière commencent avec des débats houleux à propos des rapports moral et financier sous la présidence de Mohammed Lakhsassi, pdt du congrès. En même temps, des tractations en réunion des membres du Bureau Politique sont en cours, aussi, certains faisaient aussi la promotion de leurs listes. Le débat a été sans merci. Mohamed Lahbabi, vétérant du parti a même déclaré qu’il demande au Roi de vérifier que la dépouille de Mehdi BenBarka se trouve dans l’ambassade du Maroc à Paris. On apprend que Aghmani rejoint la liste de Radi et que Ali Bouabid se retire de cette liste.

Dimanche, le débat continue, quand soudain des militants s’organisent pour chanter en choeur l’hymne du parti :

e3c5c3707982d174bdb6bc59949081aa.jpg

Les slogans scandés mettent le leadership sous le feu. On a même scandé les slogans les plus radicaux, demandant le retrait du gouvernement, une marche à sidi ifni, la tête du bureau politique, …

Le calme retrouve la salle et les congressistes votent positivement les rapports moral et financier. Le BP montent sur scène et déclarent la démission du BP et du CN.

Passe désormais au vote du mode de scrutin. Liste ou pas liste. On passera 5heures pour voir comment organiser le vote. Finalement, on décide que chaque région se présente et vote. La région MRE passe en premier, on vote 25 pour la liste, 7 contre, 3 abstentions. La région du Sahara vote à l’unanimité pour la liste, quand des gens, peu de militants dedans, ont investi la scène et bloquent le vote. 1h30 pour calmer les esprits et la séance est levée.

Lundi à 1h du matin, la séance est réouverte.

3d24de8ca461e242992084ab9629ea55.jpg

La présidence du congès propose, eu égard aux engagements des militant et au temps nécessaire pour les travaux, de reporter les travaux restant, à une date ultérieure. Conformément aux status, les instances démissionaires, BP & CN, dirigent le parti et le congrès continue les travaux dans un délai ne dépassant pas 6 mois.

Cependant, Mounir n’a pas relaté un épisode, certes puéril, mais éclaircissant quant aux relations tendues entre chefs de courants, rapporté par Al Massae : Jamal Aghmani, ministre du Travail, et Driss Lachgar, membre du bureau politique, se sont échangés des coups de poing (sic!) et il a fallu l’intervention de quelques usfpéistes afin que les choses ne dégérent pas en véritable rixe.

Quoi qu’il en soit, les véritables motifs de la dispersion de ce Congrès sont clairs pour tous : le vote concernant le rappet organisationnel s’est prolongé pendant plusieus heures, eu égard au dissensions entre ittihadis sur le système de liste, et à cause surtout des contestations infinies de la part des congressistes, qui ont émis des propositions radicales telles que le retrait du gouvernement.

C’est grave, docteur ? Certainement, puisque la direction collègiale se maintiendra , jusqu’à la reprise des travaux du congrès (« en Octobre » a précisé Mohammed Benyahya, président de la comission préparatoire du congrès, sur 2M, invité qu’il était de l’émission Tayyarate). Ce qui augure de mauvais hospices, à l’approche des communales de 2009. Espèrons que le parti se reprendra en main, et revendiquera plus fort son identité socialiste et son attachement à la démocratie, en appelant à une réforme constitutionnelle qui aboutirait à une monarchie parlementaire, comme le fait par exemple si courageusement le PSU. C’est ce genre de parti de gauche dont le Maroc a le plus besoin à mon avis, et non pas d’un parti de béni-oui-oui sans identité ni revendications. Mais si les cadres du parti se cramponnent, le changement ne sera sûrement pas au rendez-vous, et l’USFP continuera à dilapider son précieux héritage historique, et ratera le coche, en relèguant la démocratie au rang de vieil idéal sacrifié au nom de la realpolitik et du statu quo.


Responses

  1. Tout d’abord, il est bien vrai que l’Union socialiste des Forces Populaires a bel est bien perdu toute la valeur qu’elle avait à cause de malveillance et peut être d’un certain mépris et insouciance envers les dernières élections (vis à vis de l’opinion du peuple marocain envers ce parti )! Or , a-t-on donné une grande importance aux changements qu’a subit la politique de notre pays ? puisque divers partis et extrémistes ont réussit à se procurer la confiance de la plus grande masse de votant, en profitant de l’état dans lequel est noyé notre quotidien, ce qui a mené à leur victoire (si on les compare avec leur état d’avant !).
    Ceci pourrait il être aussi l’une des causes de la chute de ce fameux parti ? Ceci est mon point , mais je respecte le tien , car tu as eu raison en disant que la force qu’avait l’union socialiste a réellement baissé à cause de ses meneurs ! Hélas ceci est une vérité que vit l’état en entier .

  2. Et puis pour ce qui concerne le congrès , je pourrais dire que , grand, était le nombre de chance qu’il avait pour échouer ! Vu l’état de chaos, qui avait pris le règne de la place et des esprits .

    Bon en tout cas j’ai véritablement adoré ton article , il est très réussit ! Bon courage ^^

  3. Tout à fait d’accord avec toi, l’effacement de l’USFP, son élitisme, son enfermement ont contribué à sa déchéance. Plus encore, c’est son incapacité à se renouveler, à se rapprocher se sa base militante, à élaborer un programme courageux qui ferait la différence, en insistant par exemple sur des réformes constitutionnelles profondes, sur un politique économique plus équitable socialement et qui profite plus aux démunis qu’aux richissimes.
    Et avec un tel programme, avec des dirigeants intègres et honnêtes et une démocratie interne au sein même du parti, nul doute qu’elle pourrait reconquérir son électorat traditionnel : le petit peuple et les classes moyennes instruites.

    Merci du compliment, et je t’annonce que prochainement je consacrerais un article aux émeutes de Sidi Ifni… A suivre😉

  4. voleur, ce sont mes photos!
    je plaisante

  5. Y a pas que les photos, je t’ai volé tout un pan de ton billet😛

    Sérieusement, je n’ai pas trouvé mieux que ton blog pour les évènements du congrès. C’est concis, neutre et surtout authentique.

  6. C pas très neutre🙂
    et pour les photos, t libre, c gratuit en plus🙂
    Pour les autres trucs dont tu dis que je n’ai pas évoqué, éclaircissements :
    1 – On peut pas être partout avec 1380 congressistes.
    2 – Les journaux veulent vendre, moi, je ne gagne rien de mon blog🙂
    3 – Tu as plein de blogueurs usfp qui pourront te relater les faits.
    4 – Des épisodes, je peux t’en parler, de l USFP, PJD, MTD, … mais je ne veux pas polluer ton blog par ces banalités de politiques politiciennes, que je considère superficielles en l absence d’un vrai débat d’idées.

  7. Apparemment, tu ne m’a pas compris : quand j’ai dis que tu ne les a pas évoqués, c’était juste une tournure de phrase -très utilisée d’ailleurs par les journalistes- pour introduire l’anecdote. N’y vois surtout pas un reproche ! D’autre part, je suis conscient que les rixes ce n’est pas l’exclusivité de l’USFP, pour en avoir déjà vu sur cet énorme ring qu’est parfois notre cher Parlement.

    à bientôt🙂

  8. Bref l’ami,
    concentre toi sur le débat d’idées, les rixes entre personnes, ça existe dans tous les pays ( tu peux chercher sur youtube ).

  9. Nouveau 1er secrétaire … et m&#°§ !

  10. Tu l’as dit, je dirais même plus : Holy shit ! the USFP is definitely God-damned…

  11. The action taken to national disaster is awesome but it’s a real shame that so many citizens take advantage of the negative situations.

    I mean everytime there is an earthquake, a flood, an oil spill – there’s always a group of heartless people who rip off tax payers.

    This is in response to reading that 4 of Oprah Winfreys « angels » got busted ripping off the system. Shame on them!
    http://www.cbsnews.com/blogs/2009/08/19/crimesider/entry5251471.shtml

  12. These yummy milf mamas drive me crazy.

  13. Check out the free videos @ Hard Fucking Tube


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :